Histoire de la prostitution en Haute-Saône de 1750 à 1950

Évelyne Joly – 2015 – 96 pages

15 € + 6 € pour envoi postal, dans le monde entier.

Prostitution

Aux frontières de la France et au Sud des Vosges, le département de la Haute-Saône fait figure de zone-tampon face à l’ennemi héréditaire qu’ont constitué la Prusse et l’Allemagne, exposé aux passages éventuels de troupes d’invasion. Depuis tout temps, quand les hordes de soldats débarquaient dans un village, la population était effrayée. Non seulement il fallait nourrir hommes et chevaux, et les héberger, mais bien souvent les jeunes filles devaient subir les exactions dont ceux-ci se rendaient coupables.

Dans les plaines menant aux frontières, à la Trouée de Belfort, il s’est par ailleurs stratégiquement installé des garnisons militaires dans les villes de Franche-Comté, et dans cette zone urbaine, il en était tout autrement. L’armée générait un commerce organisé, pour tout ce qui pouvait agrémenter le repos du guerrier, le tabac, l’alcool, et les charmes de certaines dames qui trouvaient là un revenu très lucratif.

Au cours du temps, les mœurs et la législation ont évolués. Des ribaudes aux maisons closes, la prostitution a connu des hauts et des bas. Selon les époques et la dissolution des mœurs, elle fut tolérée, voire organisée, ou, au contraire, interdite et réprimée. À Vesoul, à Gray, à Lure, à Luxeuil-les-Bains, de petites maisons accueillantes se sont créées, principalement à destination des militaires ; ils y côtoyaient cependant aussi la petite bourgeoisie, la jeunesse désœuvrée, ou encore quelques modestes chefs de famille, venus s’encanailler et se payer du bon temps. Ce brassage hétéroclite n’allait pas sans quelques bagarres et extorsions que la maréchaussée locale venait verbaliser.

Cette étude a été réalisée au travers les archives d’époque. Elle montre l’évolution du plus vieux métier du monde dans notre département sur trois siècles. Les comptes rendus de procès, les rapports de gendarmerie, la correspondance, les plaintes déposées… sont autant de documents précieux qui projettent une lumière particulière sur des pans peu connus de la vie du milieu du XIXe au milieu du XXe siècle, en Haute-Saône.

Prostitution

  • Livres
  • Publications récentes

le 5 novembre 2018, «La Haute-Saône dans la Première Guerre mondiale» est présenté par le préfet.

Lundi 5 novembre 2018, en début de soirée, environ 80 personnes avaient...

Vendredi 29 juin 2018, la revue n° 104 est partie

Vendredi 29 juin 2018, la revue n° 104 de la SALSA a été déposée à La...

Samedi 7 juillet 2018, Roland Belin a raconté la vie de Monseigneur Theuret, 1er évêque de Monaco

           Roland Belin durant sa conférence.   Compte rendu...

L’assemblée générale de la SALSA a eu lieu le samedi 3 mars 2018

      Quelques vues de l’assemblée. L’assemblée...

Le 15 décembre 2017, est paru « Édouard Belin, un Vésulien hors du commun »

Ce livre n’est pas une publication de la SALSA : prendre contact pour...

À l’automne 2017, est paru « Les photographes de Haute-Saône » de Louis Jeandel

Louis Jeandel et son dernier livre Lors de la Rencontre généalogique des...

Mardi 20 novembre 2018, la revue n° 105 est partie

Mardi 20 novembre 2018, la revue n° 105 de la SALSA a été déposée à La...

À l’automne 2017, est paru « Les photographes de Haute-Saône » de Louis Jeandel

Louis Jeandel et son dernier livre Lors de la Rencontre généalogique des...

ACTES du COLLOQUE des Sociétés savantes de Franche-Comté – VESOUL avril 2016

Actes du colloque des 29 et 30 avril 2016, organisé à Vesoul par la...

Nos ancêtres au fil des siècles

Guylaine Fischer-Jourdain – 2015 – 66 pages 10€ + 4 € pour...

La revue n° 100 de septembre – décembre 2016

Avant Noël, les adhérents recevront la nouvelle revue Haute-Saône-SALSA avec des sujets variés ayant trait surtout à l’histoire de la Haute-Saône.
Pour les non-adhérents que ces sujets intéressent, deux solutions :
•1 – adhérer (cf. rubrique « adhérer ») pour une année ave réception automatique et gratuite de trois revues de plus de 90 pages ;
•2 – commander au coup par coup, la revue étant vendue 10 € pris dans nos locaux, ou 15 € par la poste, pour le monde entier.

Samedi 10 décembre 2016, c’était la vente annuelle des livres à la SALSA

(compte rendu dans la presse) Comme chaque année, à la veille des fêtes...

Author: cedric

Share This Post On